Pourquoi le PSG n’a-t-il pas peur d’enfreindre la loi du fair-play financier ?

    56
    0

    Calendrier de la Ligue 1 2021/2022

    Classement Ligue 1 2021/2022

    Présent en Turquie pour assister au tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions 2021/22, le président du PSG Nasser al-Khelaifi est devenu le centre de toutes les attentions. Cet homme puissant occupait le poste le plus élevé de l’équipe de Capital à l’âge de 37 ans, au moment où QSI a racheté le PSG à Canal Plus en mai 2011. Après plus de 10 ans au pouvoir, Al-Khelaifi n’a cessé d’élever la marque PSG avec des contrats à succès. .

    De Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva, Marquinhos, David Beckham à Neymar, Mbappe et les derniers sont Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos, Achraf Hakimi, en particulier Lionel Messi. D’une équipe qui était considérée comme un « gars riche » lorsque QSI a repris l’équipe pour la première fois, le PSG est désormais devenu une destination idéale pour les plus grandes stars mondiales. Et même la bataille avec le Real, la plus grande équipe du monde tente de recruter Mbappé avec une offre allant jusqu’à 160 millions d’euros, le PSG ne se gêne pas.

    Le PSG n’est pas sous pression pour vendre Mbappe afin d’équilibrer les revenus et les dépenses ou de réduire la charge salariale. Car les méthodes de calcul ajustées par l’UEFA permettront d’économiser des ressources financières pour les équipes européennes touchées par la pandémie de Covid-19 et le rapport de force politique de l’échec de la mise en place de la Super League aidera le PSG. pas besoin de s’inquiéter d’enfreindre les lois du fair-play financier.

    Même Mbappe reste, le PSG ne s'inquiète toujours pas d'enfreindre les règles de l'équité financière

    Normalement, les dispositions de la loi sur le fair-play financier exigent que les clubs ne soient pas autorisés à avoir un déficit de 30 millions d’euros sur le total des trois derniers exercices. Mais depuis le début de la pandémie de Covid-19, l’UEFA a assoupli beaucoup de réglementations financières et a permis aux clubs de réduire de moitié leurs déficits lors des saisons 2019/20 et 2020/21. Évidemment, si une équipe perd 30 millions d’euros la première saison à cause de Covid-19 et 20 millions les saisons suivantes, alors elle ne calcule que la perte de 25 millions d’euros au cours des deux saisons mentionnées ci-dessus au lieu des 50 d’origine.

    De plus, les déficits liés à la pandémie tels que la vente de billets, le retrait de sponsors, les affaires, les droits de télévision, etc. peuvent être intégralement déduits. Ainsi, avec le PSG, une perte d’environ 200 millions d’euros sera également épargnée (non comptabilisée). Après une saison et demie clôturée, la perte sur la seule vente de billets atteint 100 millions d’euros.

    Et récemment, le président de l’UEFA Aleksander Ceferin a également souligné qu’un changement important par rapport à cette organisation est de permettre aux propriétaires d’investir leur propre argent dans le club pour réduire les pertes, même « pour les investisseurs. participer au football tout en garantissant une concurrence loyale entre les clubs. Avec cela. changement radical et appliqué à partir de la nouvelle saison, il est difficile d’avoir des sanctions fortes contre des équipes comme le PSG – avec le soutien de propriétaires qatariens ou de Man City, l’équipe qui leur appartient aux propriétaires émiratis.

    .

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici